Lettre ICAR HBPM et insuffisance rénale

 

Logo_Lettre_ICAR

Le Résumé des Caractéristiques du Produit (RCP) de l’énoxaparine vient d’être modifié, avec de nouvelles recommandations chez l’insuffisant rénal. Mais sont-elles sans risque pour le patient ? Quelles sont les Héparines de Bas Poids Moléculaire (HBPM) à privilégier chez le patient insuffisant rénal ?

 

 

Rendez-vous sur votre espace personnel pour consulter la nouvelle Lettre d’ICAR

 

 

 

 

 

6 responses to “Lettre ICAR HBPM et insuffisance rénale

  1. Il doit y avoir une erreur : c’est au dessous de 30 ml/min qu’il ne faut pas mettre d’HBPM (vous évoquez 60 ml/min). Ou alors il faudrait revenir sur 20 ans de pratique. Nous serions largement dans l’excès. Et ce ne sera jamais suivi. Bien confraternellement
    Bruno Gombert
    PH CH La Rochelle

    1. Si l’on se base sur les données de la littérature, les HBPM à chaînes longues (Tinzaparine et Daltéparine) ne présentent pas de modifications de leur pharmacocinétique en cas de dysfonctionnement rénale, y compris pour des fonctions rénales très basses, au-dessous de 30. La contre-indication historique était une contre-indication de classe, irréfléchie, liée aux problèmes observés et reportés à l’AFSSAPS de l’époque avec l’énoxaparine, HBPM à chaines courtes. La littérature montre des modifications PK de cette dernière dès 60 ml/min, et au-dessous de ce seuil de fonction rénale, ce sont bien les HBPM à chaines longues qu’il faut privilégier.

    1. Comme indiqué dans la Lettre d’ICAR, il n’y a aucune donnée clinique sur l’utilisation à demi-dose de l’énoxaparine chez l’insuffisant rénal. Cela est souligné dans le rapport scientifique de l’EMA (nous avons cité ce qui y est indiqué). Malgré cela, la décision finale est de recommander ce schéma à demi-dose, dont ni l’efficacité ni la sécurité n’ont été démontrées. Cela est inacceptable, ce d’autant, comme indiqué dans la Lettre, que des alternatives existent, sans modifications pharmacocinétiques et sans adaptation posologique : les HBPM à chaînes longues (Tinzaparine et Daltéparine). Nous ne pouvons détailler plus cette analyse : il n’y a pas de données.

      1. En hémodialyse, nous utilisons l’enoxaparine. Sur les données de votre lettre ICAR sur les HBPM, j’avais envie de passer à la tinzaparine mais pour la pharmacie, il faut une justification pour pouvoir changer. Quelles sont les données formelles (de morbimortalité) actuelles qui pourraient étoffer cette demande?
        Dr D Thibaudin
        Saint-Etienne

        1. Cher Collègue, le cas de la dialyse est particulier. Il y a deux situations distinctes : l’anticoagulation du circuit de circulation extra-corporelle et la question du patient qui requière une anticoagulation, et qui est dialysé. Suite aux nombreuses demandes de précisions reçues, nous travaillons actuellement à une mise au point globale sur les HBPM, dans la continuité de la Lettre d’ICAR de Janvier 2014, que nous allons republier sur SiteGPR. Tout cela devrait être prêt pour fin octobre/début novembre et un e-mailing sera envoyé aux membres pour les en informer.

Laisser un commentaire

honcode

Ce site respecte les principes de la charte HONcode. Vérifiez ici